Accueil du site > L’association > Assemblées générales > AG du 12 octobre 2004

AG du 12 octobre 2004

20 mai 2005, par Paniers de saison

Compte-rendu de l’Assemblée Générale
du 12 octobre 2004

Présents : 48 personnes - Votants : 38 - Représentés : 17

1 - Le projet d’ordre du jour est mis aux voix et adopté à l’unanimité

2 - Modification des statuts

En raison de la modification de la législation des Associations loi de 1901, il est nécessaire de modifier
les statuts :

  • 1) Les producteurs avec qui nous travaillons ne peuvent pas faire partie de l’Association. Ils ne peuvent
    donc pas être membres de droit comme les statuts le prévoyaient.
  • 2) Le travail bénévole sur les exploitations pouvant être assimilé à du travail clandestin, l’association doit
    prévoir des Ateliers pédagogiques de jardinage (d’agriculture...) dans ses objets.
    Les personnes qui vont
    sur les exploitations participer aux travaux le feront au titre d’ateliers pédagogiques.
  • 3) Les modifications des statuts doivent se faire au cours d’une Assemblée Générale Extraordinaire, ce
    qui est très contraignant : il doit y avoir un quorum de 50 % des adhérents présents ou représentés. Si le
    quorum n’est pas atteint, il faut convoquer une seconde AGE, et l’accord sur les changements se fera
    alors à la majorité des présents. Une AGE va donc être convoquée pour faire ces trois modifications.

3 - Participation de tous à la vie de l’association

Isabelle Malgonne explique le nouveau fonctionnement de l’association : les deux groupes de distribution
du mercredi et du vendredi fonctionneront de manière autonome.
Pour cela, il est nécessaire d’avoir du renfort pour le C.A. : un appel à candidatures est lancé, rendu très
nécessaire par la démission du trésorier, Maurice Brun.
Trois personnes se présentent : Jacques Mouyrin pour le poste de trésorier, Evelise Pichery comme
correspondante pour les produits diffusés par Epice (commerce équitable) et Roselyne Montarello.
Vote : l’entrée au CA de Jacques Mouyrin au poste de trésorier, d’Évelise Pichery et de Roselyne
Montarello est adoptée à l’unanimité.

Chantal Chataing explique le travail des tuteurs de produits (prise de commande une fois par mois ou tous
les deux mois, ou tous les trimestres, suivant les produits, relations avec les producteurs...) et demande si
quelqu’un est intéressé. Personne ne se présente pour le moment.
La charge administrative reposant sur très peu de personnes (souvent les mêmes), l’inscription pour les
permanences de distribution se fera au moment de l’adhésion.
Pendant les mois de novembre et décembre, l’association est chargée, le mercredi, de distribuer les fruits,
les oeufs et les fromages sous contrat. 4 personnes seront donc nécessaires le mercredi, 3 le vendredi.
On expliquera à tous les adhérents où se trouvent les différentes fiches de pointage pour les produits en
contrat, et comment prendre les commandes en cours. Cela permettra que chacun puisse participer
efficacement aux distributions.
Vote : ce projet est mis au voix et adopté à l’unanimité

4 - Projet du Lycée Agricole

Bénédicte Macé, responsable de production du Lycée parle du projet de « pépinière » qui serait
l’accompagnement d’ un « jeune » agriculteur pendant un an avant son installation définitive en lui
fournissant le foncier. Le travail se fait avec les collectivités locales et agricoles. Avec le souhait d’une
proposition d’un lieu d’installation à la fin de l’année. Le financement se fera par l’ADAR.
Pour choisir l’agriculteur qui sera en pépinière, le lycée fera un appel à projets.
Le lycée de Valabre n’a pas de formation spécifique bio, la seule du Sud Est se trouve à Carpentras.
Il y a une formation au maraîchage (légumes variés).

Le problème des installations dans la région est essentiellement un problème de coût des terrains (énorme
pression foncière à cause de la proximité de grandes villes).
L’AMAP peut jouer un rôle, car pendant cette année le jeune « en pépinière » expérimentera la
commercialisation en AMAP et pourra livrer une ou deux dizaines de paniers.
A Valabre, il y a une recherche de qualité de la production, même si celle-ci n’est pas biologique. Pierre
Follet insiste sur la nécessité du label bio pour travailler avec les AMAP. C’est un chantier engagé par les
commissions Producteurs et Ethique d’Alliance.
Des agriculteurs non bio qui commencent à commercialiser en AMAP peuvent passer au bio. Il ne faut
écarter personne pour cette raison, même s’il faut promouvoir le bio.
Le but de l’AMAP est d’installer un agriculteur sur Gardanne. La Communauté du pays d’Aix est
également intéressée par l’installation d’agriculteurs..

5 - Bilan de la saison d’été

Brigitte Apotheloz présente les résultats du questionnaire sous forme de diaporama (voir en Annexe).
Cette formule permet de connaître rapidement l’opinion des adhérents sur la saison.
En ce qui concerne les légumes, Isabelle donne le point de vue de l’Association en tant que telle : la
biodiversité est vraiment beaucoup plus grande qu’à la saison précédente, Pierre Follet est devenu
Référent Producteurs pour les autres AMAP. La difficulté principale a été l’augmentation du nombre
d’adhérents de 90 à 100 au moins de juin, la saison ayant commencé en mai.

6 - Légumes

Pierre remercie l’AMAP. Il apprécie la commercialisation en AMAP, qui donne cohérence et sens à son
travail. Il y a peu de déchets. De la part des adhérents, jamais de remarques sur l’aspect, uniquement sur
le goût. Les melons n’ont pas été bons. C’est une culture compliquée : variété, arrosage, fumure entrent
en ligne de compte. La plante doit être parfaite jusqu’au moment de la cueillette.

Cet été, le panier a atteint une moyenne de 9 kilos (au lieu des 7 prévus) et 600 g de fraises (au lieu des
250 g prévus).Il y a eu une vingtaine de légumes différents pendant la saison (9 chaque semaine).
Pierre avait un autre but : travailler moins et améliorer sa trésorerie. Il a pour le moment un découvert de
plus de 4 000 euros qu’il explique par une main d’oeuvre plus importante que prévu (en particulier pour le
déplacement des serres).
Il demande donc aux adhérents un supplément de 39 euros pour la saison d’été (1,50 euros par panier)
Brigitte Apotheloz indique que la fixation du prix du panier est très difficile. Cela fait l’objet d’une
commission d’Alliance. Sans doute le prix du panier de cet été n’était il pas assez élevé.
Suggestion : vendre les surplus (au dessus des 7 kilos prévus initialement) : mais cela n’est pas possible :
ce n’est pas dans l’esprit AMAP (toute la récolte est partagée entre les adhérents) et c’est très compliqué à
mettre en oeuvre et très aléatoire d’une saison à l’autre..
Françoise Sinoir (épouse de Pierre) explique que l’installation sur la ferme en 1997 a été très difficile. Il y
a eu d’abord la reconversion en bio (au début les légumes cultivés en bio étaient vendus au prix des
légumes cultivés en conventionnel). La famille a apporté son aide, et Françoise a un travail salarié qui
permet de faire vivre la famille. Son salaire permettait de cautionner le déficit permanent de
l’exploitation. Elle ne veut plus cautionner ce déficit car elle a un projet sur la ferme avec le CIVAM
(Centre d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) : « Produire en respectant
l’environnement, valoriser le patrimoine bâti, commercialiser en circuits courts, accueillir et sensibiliser à
la richesse naturelle ». Elle gagnera donc moins d’argent, elle ne peut plus et ne veut plus cautionner le
déficit de l’exploitation.
Suggestion : augmenter le nombre de paniers, puisqu’il y a une grande liste d’attente.
Pierre ne veut pas aller au delà de 150.
Il est très satisfait d’être en AMAP, mais c’est la 1ère année « Tout AMAP » et cela demande un
ajustement des cultures. Il est très difficile de prévoir les coûts de main d’oeuvre.
Suggestion : puisqu’il semble s’agir d’un problème de trésorerie, ne peut on demander à ceux qui le
peuvent de payer le panier d’hiver en une, deux ou trois fois au lieu de six mensualités ? Pierre préfère
avoir des chèques plus régulièrement.

Dominique Flahaut propose de régler l’aspect trésorerie rapidement, c’est à dire accéder à la demande de
Pierre dans la forme qui lui convient. Mais cela ne doit pas se renouveler l’année prochaine. Il faudra
donc travailler avec lui sur son compte de résultat pour voir avec lui où sont les problèmes.
Bernard Joumond (les Jardins de Gaïa) insiste sur le fait que le travail de la terre est vraiment très pénible.
Les adhérents en ont bien conscience, c’est pour cela qu’ils font partie de ce type d’association dont l’un
des buts est la solidarité avec les agriculteurs.
Suggestion : Chaque adhérent donne une certaine somme d’argent qui pourrait être utilisée en cas de
besoin (sorte de mutualisation) et qui lui serait rendue à son départ de l’association si elle n’a pas été
utilisée. Cette proposition ne semble pas réaliste et n’est pas retenue.

Les absents doivent ils se soumettre à la décision de l’AG ?
Isabelle Malgonne met aux voix la proposition suivante : il sera demandé à toutes les personnes ayant eu
un contrat Légumes pendant la saison d’été de donner un chèque de 39 euros, si elles sont d’accord pour
le faire. Un travail sera fait sur le compte de résultat pour avoir un prix plus finement évalué.
Vote : Contre : 1 voix Abstention : 5 voix Pour : 49 voix

7 - Fruits

Bernard Joumond a encore des fruits : il propose donc de prolonger les contrats fruits jusque fin décembre
(dernière livraison le 17 décembre).
Le prix du panier serait inchangé : 7 euros, pour un panier de pommes, raisin, poires.
A partir du mois de janvier et jusque fin mars, il pourrait y avoir des commandes programmées avec :
un colis panaché : jus, compote, pommes ou une caisse de 5 kilos de pommes ou une caisse de 10 kilos.
La livraison s’effectuerait tous les 15 jours.
Marie va faire un avenant pour que les personnes qui ont eu un contrat « fruits » pendant la saison d’été
puissent le prolonger pendant les 7 semaines qui restent jusque fin décembre.
Les nouveaux arrivants pourront aussi en bénéficier

8 - Fromages

Thierry a apprécié de travailler avec l’AMAP. Cela lui a permis de supprimer un des deux marchés qu’il
faisait le samedi matin.
La qualité des fromages est très appréciée par tous. Seuls les adhérents du mercredi qui reçoivent leurs
fromages sans pouvoir les choisir sont un peu déçus. Il est proposé qu’ils laissent leurs desiderata dans les
glacières que Thierry récupère le vendredi lorsqu’il vient livrer.
Si les yaourts sont un peu liquides, c’est parce qu’il n’y a pas d’ajout de lait en poudre
Enfin, il est demandé aux adhérents qui rapportent les faisselles de fromage frais ou les pots de yaourt de
les laver car si ce n’est pas fait, cela demande à Sophie un double travail : en plus du lavage qu’elle refait
de toute façon : trempage et frottage (le prix des faisselles avait été calculé en fonction du retour des
pots... implicitement propres).

9 - Œufs

Monsieur Lorillard, du CAT Le Grand Real à la Bastidonne, nous rappelle leur spécificité en tant que
producteur. Les éducateurs sont salariés et n’ont donc pas les mêmes enjeux que les agriculteurs. Mais il y
a tout de même un enjeu économique important pour la structure : il y a un éducateur pour 4 personnes, ce
qui demande 8 000 euros par éducateur. Il se sent en phase avec le projet de l’AMAP.
Les oeufs ne sont pas assez chers : 1,30 euros les 6 ; le prix sera réajusté l’année prochaine.
La reconversion en bio sera achevée en 2005.
En ce qui concerne le manque d’oeufs, les livraisons seront prolongées jusqu’à ce que tous les oeufs payés
par contrat aient été livrés.
Les poules seront tuées et pourront être vendues en décembre / janvier (pour faire du coq au vin !)
Pour les fêtes de fin d’année, il y aura des dindes (entre 3 et 9/10 kilos) et des chapons d’environ 4 kilos.
Inscrivez-vous. On peut prévoir une livraison toutes les 3 semaines, uniquement le vendredi.

10 - Porc

Dominique Morgado est assez content de l’introduction des nouvelles formules de charcuterie. Cela lui a
permis de rétablir le plan de découpe des animaux.
On prévoit une commande tous les 2 mois.

11 - Pain

Le boulanger qui s’installe dans le but de fournir des AMAP fera une proposition de dégustation de pain
en décembre ou janvier.
Dans un premier temps, il propose une livraison de pain pendant 4 semaines, afin de goûter les différents
pains, avant de mettre les contrats en place..
Dans un 2e temps, il aura un local plus grand pour faire des gâteaux. Mais cela viendra plus tard.

12 - Présentation du budget

Voir Budget prévisionnel en annexe
Une cotisation de 5 euros est prévue pour l’Association les Jardins d’Amélie.
Martine Abadie, directrice des Jardins d’Amélie à Gardanne, explique les buts de l’association : celle ci
est un réseau, regroupant 45 jardins (d’insertion...) en PACA. Elle crée des liens avec les partenaires
locaux. Il y a un comité de pilotage pour développer un programme de jardins : éducation à
l’environnement, accueil de personnes en difficulté ; cela permet de créer du lien social.
Il n’y a pas pour l’instant de terrain en gestion directe, mais il y a des projets sur Gardanne
Il est proposé au vu du budget prévisionnel d’augmenter la cotisation de 10 à 15 euros. On ne peut pas
faire de montant « au choix ».
Par contre, il est possible de verser un peu plus. La somme supplémentaire sera un don, qui n’ouvre pas
droit à déduction fiscale. Cette mention apparaîtra sur le bulletin d’adhésion.
Vote du budget prévisionnel, avec une adhésion à 15 euros : Abstention : 1 voix Pour : 54 voix

13 - Atelier cuisine

L’idée est de permettre l’apprentissage face à : de nouveaux légumes, de grosses quantités
ponctuellement, des répétitions pendant plusieurs semaines du même légume.
Mme Samy, intéressée par cet atelier, s’inquiète de trouver des recettes.
Marie France Ortin explique que pour elle le but de cet atelier est de profiter au maximum des légumes.
Ce qui a été réalisé au cours de l’atelier pourrait être présenté lors des distributions suivantes.
Celui-ci pourrait se dérouler au local de l’UFF, où il y a une cuisine (une dizaine personnes peuvent y
rentrer). Le samedi matin paraît plus pratique que le soir. A vérifier avec Jany Rimauro et Fanny Sellès.

14 - Information sur la saison froide

La signature du bulletin d’adhésion et des nouveaux contrats se fera à partir du mercredi 13 octobre. Les 3
exemplaires seront sur la même page, tous les renseignements concernant l’adhérent se trouveront sur le
bulletin d’adhésion et tous ceux concernant les modalités du contrat se trouveront sur la fiche
d’information ; de cette façon, il n’y aura pas de redite.
Voir en annexe la nouvelle fiche Information Légumes.

15 - Conférences

Brigitte présente les deux sortes de conférences prévues : une grand public sur l’alimentation dans les
quartiers et une plus « pointue »
Pierre indique qu’un adhérent de l’AMAP Lou Tian (groupe de distribution de la Grande Bastide) a fait
un film sur les Olivades, avec un groupe d’étudiants en cinéma. Cela pourrait faire l’objet d’une soirée.

16 - Loto

Martine Abadie rappelle que l’année dernière un loto avait été organisé par les Jardins d’Amélie. Il y
avait eu beaucoup de lots offerts par tous les partenaires avec qui ils sont en relation.
Pourquoi ne pas l’organiser cette année avec l’AMAP ?

Annexe 1

PREVISIONNEL 2005

PRODUITS
 Adhésions (15 x 130)  1 950.00 
 Subventions Municipalité GARDANNE  350.00 
 Conseil Général  1 100.00 
 Conseil Régional  1 100.00 
 Total  4 500.00 euros 
 Contributions volontaires
 Gestion de l’AMAP  31 150.00 euros 
 CHARGES
 Cotisations diverses : Assurances  420.00 
 Alliance et divers  180.00 
 total cotisations  600.00 
 Gestion : Petit matériel  350.00 
 Téléphone et frais postaux  500.00 
 Reprographie  350.00 
total gestion  1 700.00 
 Déplacements  500.00 
 Fonctionnement statutaire : Déplacements  200.00 
 Reprographie  200.00 
 Animation 200.00 
 total fonctionnement  600.00 
 Services externes : Promotion 300.00 
 Réception 200.00 
 Atelier cuisine 100.00 
 Soutien pépinière 200.00 
 Conférences 500.00 
 Déplacements 300.00 
total services externes  1 600.00 
 Total  4 500.00 euros 
 Contributions volontaires  
 Bénévolat (temps passés par les bénévoles)
(7.61 euros +3.80 euros) x 35 h
x 52 semaines x 1.5 poste
31 150.00 euros